Candidatures

Maitre de stage / Laboratoire d’accueil :

Damien Pham Van Bang (Prof.)

Laboratoire CT-Scan

Institut National de la Recherche Scientifique – Centre Eau Terre Environnement

Parc technologique du Québec métropolitain, 2605 Blvd du Parc-Technologique

G1P 4S5 Québec (QC), CANADA

damien.pham_van_bang@ete.inrs.ca

 

 

POROTOMOFLOW – Sujet de stage + Thèse (5mois + 36mois) :

Titre : Modélisation mésoscopique du transport de masse et de chaleur dans une géométrie poreuse contrôlée

Contexte : L’écoulement de fluides dans un milieu poreux intervient dans de nombreuses applications (extraction de pétrole, fracturation hydraulique, décontamination des sols, filtration, catalyseur par exemple). Généralement la nature multi-échelle d’un milieux poreux pose de nombreuses questions et divise les outils de modélisation selon les échelles et les résolutions spatiales, depuis le micro vers l’échelle de l’application en passant par les échelles méso- et macroscopique. Le même défi se pose également pour la mesure de porosité et la détermination d’une perméabilité équivalente ou effective. La nouvelle génération de scanner tomodensitométrique par rayons X permet d’effectuer des mesures de porosités à différentes résolutions. Récemment l’équipe de l’INRS a développé une méthodologie pour importer les géométries issues du µCT (micro-computed tomodensitometry) afin d’effectuer des calculs de CFD (Computational Fluid Dynamics) de type DNS (Direct Numerical Simulation) et aux différentes échelles des observations.

L’objectif du stage est de mener des simulations d’écoulements fluides transportant de la chaleur à partir de cette méthodologie et à des fins d’applications en géothermie.

Méthodologie : L’équipe INRS dispose de deux scanners TDM (tomodensitométrie) à rayons X : un modèle médical Siemens Somatom AS 128+; un modèle recherche TESCAN. Pour les calculs d’écoulement, il s’agit d’appliquer la méthodologie que l’équipe a développé : elle s’appuie sur des codes open-source pour la génération de maillage en milieux poreux, tortueux et fracturés, et d’un code open-source pour le calcul d’écoulement de type DNS (à résolution de turbulence). Les calculs sont exécutés soit en local (workstation boosté) ou sur les supercalculateurs fédéraux (CalculCanada).

Perspectives : Le projet de 5 mois convient à un stage de fin d’étude (diplôme d’Ingénieur ou de Master 2) sur la période de février à juin. Ces travaux pourront être poursuivis en juillet-aout-septembre et aboutir au démarrage d’une thèse de doctorat (recherche de financement en cours).

Pour candidater : 1/ Lettre de motivation (1p); 2/ CV ; 3/ relevés de notes (2-3 dernières années)