Champs de recherche

Écoulement de surface

Cette activité en étroite collaboration avec l’équipe du grand canal à vague (LHE) s’appuie sur des petits canaux à vagues/courant et des technologies modernes pour les mesures non-intrusives en vélocimétrie haute résolution (système PIV-3D, PIV rapide, ADV, ADVP, imagerie Echo-Doppler). Les travaux ciblent tout particulièrement des configurations complexes d’écoulement (recirculation, bifurcation, détachement/recollement de couche limite, turbulence, vortex). Les mesures permettent d’alimenter les codes de CFD que l’équipe développe par ailleurs.

Le cisaillement par écoulement d’une interface eau-sédiment déstabilise cette dernière en créant des ondulations (rides, dunes, barres) pour les sédiments non-cohésifs (sables, graviers) ou des courants/rouleaux de densité (vase, glissement de terrain) pour les cohésifs (argilo-limoneux). Les travaux portent sur une meilleure compréhension et formulation des lois de transport sédimentaire (érosion, sédimentation, suspension, charriage, consolidation). Ces lois et leurs paramètres sont utilisés dans les modèles prédictifs en morphodynamique de rivières, d’estuaires ou de zones côtières.

Les ouvrages fondés en site aquatique tels que les ponts, les pontons, les brises lames-digues-jetée, les génératrices éoliennes en mer ou encore les barrages-retenues d’eau sont sujets au transport sédimentaire. Ces travaux s’intéressent aux interactions triples entre les écoulements, les ouvrages et les sédiments; plus particulièrement, nous nous intéressons aux configurations d’écoulements tels que les jets, les courants d’undertow, les vortex en fer à cheval ou de Von Karman (sillage) qui dévient fortement des configurations classiques des tests d’érosion.

La porosité des sols intervient dans de nombreux phénomènes ou processus (infiltration, exfiltration ou pompage) et l’écoulement poreux peut dans certains cas être néfaste sur des constructions telle que les barrages ou digues en terre, les brises lames ou les berges. Ces travaux portent sur l’écoulement et le transport de matière dans les milieux poreux pour diverses applications : géothermie, gel/dégel, érosion interne (suffusion, colmatage, formation de trous ou de cavités), décontamination de sites et sols pollués. Nous nous intéressons aux propriétés d’écoulement et de mélanges en régime laminaire et inertiel. Les mesures permettent d’alimenter les codes de CFD que nous développons par ailleurs.

L’étude de la résistance mécanique des sols est importante car ces derniers servent soit de matériaux de construction soit de support aux ouvrages. Sous les effets de la compression ou des cycles de compression/extension induits par les ondes sismiques, la pression interstitielle de l’eau peut augmenter et générer le phénomène de liquéfaction. Les travaux s’appuieront sur le nouveau dispositif triaxial que nous développons au sein de l’équipe et en collaboration avec le laboratoire L3SR de Grenoble (CNRS, France).

Géologie

Section à venir.

Section à venir.

Section à venir.

Section à venir.

Environnement

Section à venir.

Section à venir.

Section à venir.

Science des matériaux

Section à venir.

Section à venir.

Archéologie

Section à venir.

Section à venir.

Section à venir.

Biologie

Section à venir.

Section à venir.